lecture du mercredi

une divagation littéraire et la découverte d’un ouvrage ou d’un auteur

9 septembre 2020 — Lecture de Registre des faibles, 43 chants de Fabiano Alborghetti, traduit de l’italien par Thierry Gillyboeuf
Le registre des faibles est une oeuvre poétique compacte, cohérente et dérangeante : ses deux aspects si antithétiques, à savoir la radiographie quasi imperturbable, quasi scientifique d’une réalité, et en même temps l’engagement presque compassionnel, presque compatissant, de cette même réalité transformée en bref fragment rythmique, cohabitent dans ces textes, blessent et caressent à la fois. La blessure n’est pas celle, injurieuse, de la simple condamnation indignée ; la caresse n’est pas celle, mielleuse, d’une absolution trop facile et indolore. Lucidité et compassion se tempèrent et se stimulent mutuellement ; le lecteur en absorbe la voix et, plus précisément, le chant. Mais c’est une voix qui incise, un chant qui interroge : une voix et un chant que Fabiano Alborghetti est allé chercher dans des endroits dangereux et effroyables, en risquant encore une fois de se perdre. Mais il a su au contraire réémerger et ramener à la surface ce Registre des faibles ; aussi étrange que cela puisse paraître, il s’agit malgré tout d’un geste d’espoir, d’un geste d’amour.
éditions d’en bas
23 septembre 2020 — Lecture de Nous avons de pluie assez eu de Erica Van Horn, traduit de l’anglais par Cléa Chopard
Les courts textes qui composent Nous avons de pluie assez eu sont autant de petits morceaux d’une vie dans la campagne irlandaise. En ornithologue peu avisée, Erica Van Horn traque les oiseaux croisés au hasard, ainsi que leurs interactions involontaires avec la société humaine : la fierté de celui ou celle qui aura aperçu « la première hirondelle », au moment du retour de ces oiseaux ; l’agacement des habitants face à leurs voitures, maisons et meubles de jardin couverts d’excréments ; un pigeon mort qui devient une représentation de l’absence…
Avec légèreté et délicatesse, Erica van Horn propose un recueil ornithologique inattendu, poétique, où il ne s’agit pas tant de reconnaître les oiseaux que de les observer dans leurs rencontres improvisées avec les humains.
éditions Héros-Limite
21 octobre 2020 — Lecture de Les désemparés de Jérôme Meizoz
La faille de vivre, qui ne la connaît pas ? Sur la fragilité et l’incertitude des vies, ce livre s’égrène comme une suite de scènes et de portraits. Les récits brefs portent sur les moments et les lieux où basculent des personnages laissés pour compte.
Quelle place reste-t-il pour ce qui, en nous, palpite et refuse de se soumettre aux exigences du monde diurne ? Que deviennent celles et ceux qui ne peuvent s’insérer dans le rythme de nos sociétés ?
Les désemparés qui hantent les villes nous renvoient aux étranges misères de la réussite. Passants pressés, c’est à peine si nous osons lire nos propres désarrois dans leurs yeux.
«Ne riez pas : mettez vos noms sur leurs visages.»
éditions Zoé

Prochaine lecture: le 4 novembre 2020